fbpx

Dissertation : La Princesse de Clèves

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dissertation : La Princesse de Clèves (individu, morale et passion)

 

Madame de la Fayette est l’auteure de plusieurs ouvrages dont la Princesse de Clèves d’abord publié anonymement en 1678. Le thème de la passion amoureuse est central dans l’œuvre bien que Lafayette fasse aussi la description d’une société complexe dans laquelle la morale joue un rôle déterminant. La princesse de Clèves incarne un personnage qui doit constamment composer avec le poids de cadres auxquels il est difficile d’échapper.Dissertation : La Princesse de Clèves

Problématique : Dans quelle mesure la princesse de Clèves incarne-t-elle une héroïne libre ?
Nous verrons que le rôle de la société est majeur et qu’il provoque chez l’héroïne une véritable lutte contre soi.

I/ Le rôle majeur de la société  Dissertation : La Princesse de Clèves

 

a) Le regard de la société

 

  • La société de cour se caractérise par le fait que l’intime est constamment menacée par le regard des autres.            Chaque décision et prise de parole fait l’objet de conversation. Les personnages sont aux prises avec un milieu social. Dans l’œuvre, nous faisons connaissance de la cour avant de découvrir le personnage éponyme : « jamais cour n’a eu tant de belles personnes et d’homme admirable bien faits » nous dit le narrateur en présentant les grandes figures de l’époque.
  • La société est globalement l’espace du paraitre,.dans la deuxième partie du roman, lors du grand tournoi on constate que « tous les princes et seigneurs ne furent.plus occupés que du soin d’ordonner ce qui leur était nécessaire pour paraitre avec éclat » pour autant les apparences sont souvent hypocrites et trompeuses.

b) Les déterminations de son milieu social

 

  • Mme de Clèves est principalement déterminée socialement par sa mère qui représente le poids de la famille et des conventions socialesÉmile Zola rappelle dans son œuvre le Roman expérimental « L’homme n’est pas seul, il vite dans une société, dans un milieu social, et dès lors, nous romanciers, ce milieu social modifie sans cesse les phénomènes ». Ainsi, Mme de Chartes, sa mère, « prit de grands soins de l’attacher à son mari et de lui faire comprendre ce qu’elle devait de l’inclination qu’il avait eue pour elle avant que de la connaître. » La princesse de Clèves est donc gouvernée.par son origine et son milieu social.
  • A l’intérieur de l’œuvre, les valeurs principalement mises en avant sont.celles de la préciosité influencée par le jansénisme. La mère de l’héroïne fait figure de modèle en ayant réussi à suivre la voie de la morale « et sa vie qui faut assez courte laissa des exemples de vertu inimitables ». Pour ce qui concerne la princesse de Clèves, elle « aurait été sans doute la plus heureuse, si la vertu et la prudence eussent guidé toutes ses actions ».

La question du rôle de la société est omniprésente dans les agissements et les conventions à respecter. C’est particulièrement le cas concernant les pouvoirs de la passion obligeant la princesse de Clèves à initier une réelle lutte contre soi pour combattre l’amour qu’elle porte au duc de Nemours.

E-Manuel de Français
Télécharge notre e-manuel pour réussir tes dissertations !

II/ Une lutte contre soi   Dissertation : La Princesse de Clèves

 

 a) Des normes intériorisées

 

  • La disparition de la mère de la princesse de Clèves ne libère pas.la princesse de son regard aussi bienveillant que directif. En effet, l’héroïne a totalement intériorisé les normes sociales qu’on lui a inculquées. La mort de M. de Clèves pourrait également lui permettre de vivre plus librement «.Il n’y a plus de devoir qui vous lie,.vous êtes en liberté » pourtant la rigueur et la morale restent de mise.
  • Paradoxalement, la princesse est à la fois rassurée et déçue de s’éloigner du Duc de Nemours,.les longues phrases sinueuses parviennent à traduire ces sentiments contradictoires. Cette étrange expérience s’incarne dans cette confession : « Le discours de M. de Nemours lui plaisait et l’offensait quasi également. » Ce qui génère cette tension est bien évidemment.totalement lié à la société qui la guette et la surveille.

b) Des charmes puissants

 

  • Il apparait difficile pour la princesse de résister aux charmes de l’amour. Les scènes de rencontre renouvellent le topos de l’innamoramento et ont la violence des coups de foudre. Le prince de Clèves conserve une « passion violente et inquiète » pour la princesse de.Clèves soulignant l’idée de souffrance derrière l’étymologie du terme passion.
  • Cette amour provoque des troubles chez la princesse de Clèves qui est sans cesse écartée entre sa crainte et son envie de voir le Duc de Nemours « Depuis qu’elle l’aimait,.il ne s’était point passé de jour qu’elle n’eût craint ou espéré de le rencontrer et elle trouva une grande peine à penser.qu’il n’était plus au pouvoir du hasard de faire qu’elle le rencontrât. ». Ces tensions et troubles témoignent d’une représentation puissante.de l’amour qui tend à déroger aux règles de son époque, allant même jusqu’ remettre en question l’ordre établi,.bien que seules la retraite et la méditation solitaire permettront un retour à la sérénité.

Le roman témoigne des regards, contraintes de la société sur l’’héroïne mais plus encore, explore les tensions intérieures qu’elle génère. L’individu se retrouve ainsi face à lui-même. Dans une langue différente, Virgina Woolf nous plonge quelques siècles plus tard, également dans des consciences singulièrement agitées.

 

 

REUSSIR SON BAC FRANÇAIS
Bonus : sujets et corrections rédigés !👇

Prochaines prépas

Préparation SciencesPo Paris

Préparation annuelle SciencesPo & IEP

Articles similaires

Abonne-toi pour recevoir plus de contenus gratuits !