fbpx

Article, Plan détaillé

Plaire et Instruire : la force de l’apologue

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la préface du recueil des Fables en 1668, Jean de La Fontaine définit ce qu’il apporte dans son œuvre en ces termes : « un certain charme, un air agréable qu’on peut donner à toute sorte de sujet, même les plus sérieux ». En effet, il apparait qu’un raisonnement politique, sociologique ou philosophique puisse être a priori difficilement abordable pour un lecteur, à moins que celui-ci soit captivé par un récit original et susceptible d’attirer son attention. C’est notamment la démonstration que nous fait La Fontaine dans sa fable « Le pouvoir des fables » qu’il conclut ainsi : « A ce reproche l’assemblée, / par l’apologue réveillée, /se donne entière à l’orateur : /un trait de fable en eut l’honneur ».
Ainsi, on s’interrogera sur la manière dont l’apologue permet de susciter plaisir et intérêt chez le lecteur. Nous évoquerons la pluralité et le dynamisme des apologues puis nous soulignerons la capacité à instruire par le biais de l’agrément.

I) Un genre pluriel et dynamique

A/ La multiplicité des formes

L’apologue, du grec apologus, « petit récit », est un récit allégorique, plus ou moins court, en vers ou en prose, à visée morale implicite ou explicite. La fonction première de l’apologue est de divertir au moyen d’un récit plaisant censé susciter la curiosité du lecteur et de livrer un enseignement moral.

On distingue différentes formes d’apologues : Les Fables comme celles de La Fontaine, les utopies avec par exemple L’ile aux esclaves du dramaturge Marivaux ou encore le conte philosophique avec l’œuvre de Voltaire intitulée Candide. Cette variété permet de délivrer un message sous des formats toujours renouvelés mais qui allient toujours plaisir et instruction.

Il convient de remarquer plusieurs points communs qui contribuent au dynamisme et à l’intérêt de ces récits. Tout d’abord, on retrouve des situations et des personnages multiples, notamment avec le recours aux animaux par utilisation de l’anthropomorphisme (Les Fables de la Fontaine) mais également des lieux imaginaires (Les aventures de Télémaque de Fénelon) ou encore des personnages mi bête mi-hommes (Les États et empire de la lune de Cyrano de Bergerac).

B/ La puissance du schéma narratif

Ce qui constitue véritablement la force de ces récits concerne la brièveté et la dramatisation qui scande le récit. Pour exemple, dans la Fable Le singe et le léopard, on retrouve un schéma narratif complet sur une trentaine de vers : la situation d’énonciation (v.1/2), l’élément perturbateur (v.3) / les péripéties (v. 3 à 25), le dénouement (v.25 à 28) et la situation finale avec une morale (v.28 à 30). Le recours fréquent au présent de narration dans les fables au moment de l’élément perturbateur ou de la chute favorise un effet de dramatisation.

Outre cette brièveté, l’apologue se construit sur des rapports entre les personnages particulièrement schématisés et simplifiés. On retrouve ainsi une opposition binaire entre le bien et le mal (Perrault, dans les Fées) et un recours à des images concrètes pour comprendre la progression et faciliter la mémorisation du conte. Dans les contes, on retrouve même un refrain à partir duquel on peut décliner des variations. Songeons au conte du Petit Poucet de Charles Perrault avec le retour de la pauvreté et de la faim chez les parents des sept garçons.

Enfin, l’apologue à l’intérêt d’être accessible à tous. Il s’adresse à un public multiple (enfants, adolescents, adultes), du fait de cette simplicité du schéma narratif qui rend abordable les œuvre pour des lecteurs occasionnels. On retrouve plusieurs niveaux de lecture pour pouvoir se replonger dans ces œuvres à chaque moment de son existence.

Si l’apologue est un genre multiple et dynamique qui par sa forme encourage à la lecture, c’est également grâce au détour par l’imagination qu’il nous captive pour mieux nous instruire.

II) La force du détour par l’imagination

A/ Un récit allégorique pour captiver le lecteur

Le récit allégorique nous fait entrevoir par des lieux différents des situations et des réflexions que l’on peut par la suite transposer dans le réel. L’infini des situations et des lieux que peuvent explorer les apologues rendent leur lecture inépuisable, à l’image des lettres persanes de Montesquieu. Le fonctionnement allégorique de l’apologue permet ainsi une argumentation indirecte dans laquelle le rôle de l’implicite est souvent essentiel. C’est au lecteur d’établir la relation logique entre le récit et l’enseignement à en tirer.

Ainsi, paradoxalement, c’est parce que les récits sont ancrés dans un chronotype dépaysant que l’on en tire des leçons intemporelles. C’est le cas par exemple dans la parabole de la dent d’or rapportée par Fontenelle dans l’Histoire des oracles. La narration renvoie à un contexte dépassé mais l’on en tire une vérité absolue : « Rien n’est plus naturel que d’en faire autant sur toutes sortes de matières». On constate de manière globale que la moralité est énoncée au présent de vérité général et avec l’utilisation du pronom impersonnel « il », en outre, l’utilisation du « nous » permet d’inclure le lecteur dans les bénéficiaires de la leçon. Cette tonalité didactique ressort sous forme de proverbes, maximes, leçons ou autres formules qui renvoient à une sagesse populaire intemporelle. Les apologues nous captivent par leur adéquation infinie au présent.

D’autre part, le processus d’identification est encouragé par la dimension ludique de l’apologue qui nous fait redécouvrir le monde avec des yeux d’enfant. Les registres merveilleux, fantastiques et oniriques interpellent la capacité imaginative des hommes et facilitent ainsi la transposition au réel. On peut mentionner  La belle au bois dormant de Charles Perrault qui a marqué plusieurs générations d’enfants.

B) L’instruction agréable

Il semblerait que l’apologue permette de dépasser l’instruction purement formelle qui reste inaudible si elle n’est pas divertissante. L’opposition entre la rhétorique et les fables est démontrée dans la mise en abîme que constitue  Le Pouvoir des fables écrite par La Fontaine.

Les morales peuvent apparaitre sous des formes différentes dans les apologues ; à travers un conseil ou un constat. Si le conseil renvoie à une morale explicite, le constat nous laisse déduire de la situation une réflexion, on remarque dès lors que le premier a plutôt recours à un raisonnement causal alors que le second oblige à un raisonnement par analogie. Paradoxalement, la leçon s’immisce d’autant plus dans nos esprits qu’elle n’est pas élucidée telle qu’elle. Comme le stipule Rousseau dans l’Émile, nous pouvons affirmer que le fait de rendre « l’instruction agréable » ne nuit en rien à son assimilation par les lecteurs.

Néanmoins, en fonction des époques, les apologues ont visé à nous instruire par le plaisir mais pour des finalités différentes :  le classicisme vise à changer l’individu pour atteindre l’idéal de l’honnête homme par l’intermédiaire des moralistes comme la Bruyère ou la Rochefoucauld, tandis que l’époque des lumières s’intéresse plutôt au changement de société. Enfin, soulignons l’utilité d’avoir recours au subtil mélange de l’instruction et de l’imagination pour éviter la censure et ainsi développer l’esprit critique des citoyens par le biais notamment des contre utopies comme 1984 de G. Orwell.

L’apologue permet de divertir et instruire à la fois par la multiciplité des formes de récits existants que par leur dynamisme inhérent à la structure du genre. Le détour par l’imagination permet paradoxalement de transporter le lecteur tout en lui offrant la possibilité de transposer les situations dans le réel, un aller-retour rendu possible par la littérature. C’est ici que nous touchons la force d’enracinement de l’écrivain, ce qui fait son unicité par rapport au philosophe auquel il ressemble par la profondeur et à l’intemporalité mais dont il s’éloigne car il montre au lieu de démontrer et se faisant il imprègne plus qu’il ne convainc.

Lucas Leroux

Articles similaires

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réforme du bac, préparation aux concours, veilles d’actualités et articles de blog, restez à l’affût de nos actus !