fbpx

30/07/2020 - 12/08/2020

Août 2020 – Première quinzaine

Liban, Niger, coronavirus… Les vacances très actives d’Emmanuel Macron

Depuis qu’il est arrivé à Brégançon, le 29 juillet, le chef de l’Etat multiplie les initiatives. Après le confinement, qui l’avait contraint bien malgré lui à une forme de réserve, le revoilà à la manœuvre. Le Président n’a pas raté une occasion de rebondir sur l’actualité internationale et les évènements ayant eu lieu cet été, et passe le plus clair de son temps en première ligne. Visite à Beyrouth à la suite de l’explosion colossale d’un stock illégal de nitrate d’ammonium, convocation d’un Conseil de Défense après l’annonce de la mort de six ressortissants français au Niger, mise en place d’une nouvelle communication pour gérer la deuxième phase du Coronavirus… Emmanuel Macron ne ménage pas ses efforts et devance une rentrée qui s’annonce politiquement et médiatiquement très chargée.

 

Xavier Bertrand confirme ses ambitions régionales… et présidentielles

En septembre 2019, il disait y penser, maintenant il s’y prépare. Le président de la Région Hauts-de-France, Xavier Bertrand a confirmé, dimanche 10 août 2020, son ambition d’être candidat à sa succession aux régionales en 2021… pour mieux être candidat à l’élection présidentielle de 2022. Au détour d’une rencontre citoyenne à Lumiu, le président des Hauts-de-France a accordé une interview au quotidien Corse Matin. Entre autres analyses de l’actualité politique, Xavier Bertrand a confirmé qu’il pensait (en se rasant ?) à la présidentielle. « Je m’y prépare, oui. Mais pour cela il faut rassembler les Français. […] Je veux bâtir ce projet avec eux », déclare-t-il au quotidien corse. Pour se préparer, Xavier Bertrand se repose d’abord sur la Manufacture, son club de réflexion dont le leitmotiv est « La France de demain se construit dès aujourd’hui ». Mais ce n’est pas un parti politique car Xavier Bertrand n’y croit plus. Lui qui a dirigé l’UMP de 2008 à 2010, et rendu sa carte des Républicains après la prise du parti par Laurent Wauquiez.

Hors de question donc de passer par des primaires de la droite. « Ma primaire, ça sera le scrutin régional des Hauts-de-France. » Xavier Bertrand sera donc candidat à sa propre succession à la Région pour mieux viser l’Élysée ensuite.

 

Limite des 5.000 spectateurs : le monde du spectacle et de l’événementiel anéanti

Dans le monde du spectacle et de l’événementiel, la déclaration du Premier ministre interdisant de nouveau les rassemblements de plus de 5.000 personnes jusqu’au 31 octobre – soit l’inverse de ce qui avait été annoncé par le ministre du Commerce extérieur Franck Riester le 27 juillet dernier , puis réitéré par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot le 4 août – c’est la consternation.  « On ne peut pas lâcher une telle bombe sans annoncer de mesures d’accompagnement. Jean Castex aurait dû en parler auparavant avec les ministres des secteurs concernés. Des milliers de gens, sans activité depuis des mois, vont s’inquiéter pour la survie de leur emploi, de leur entreprise » commente Angelo Gopee, le patron de Live Nation France. Et d’ajouter : « Notre gouvernement, qui a pris les meilleures mesures de soutien au monde, s’est montré en revanche trop laxiste cet été. Il aurait fallu imposer le port du masque dès la fin du confinement et ne pas autoriser tous les rapprochements sans protection que l’on a pu constater : un bar en plein air avec 3.000 personnes à Marseille, un festival dans le sud avec 1.200 personnes par soir sans protection. Cela remet maintenant en question toutes les tournées de la rentrée, que l’on ne peut commencer en novembre pour des questions d’équilibre économique ».

Du côté de l’événementiel, aussi les professionnels sont inquiets. Viparis qui gère notamment les parcs des expositions de la Porte de Versailles et de Villepinte, dit attendre le décret pour voir quels salons risquent d’être annulés. L’Unimev qui regroupe les professionnels des foires, congrès, salons, a immédiatement tweeté, après le discours du Premier Ministre : « Jean Castex fait un amalgame entre « rave party » et événements professionnels. L’Unimev va de agir pour que les entreprises relancent leurs activités le 1er septembre dans le respect des mesures sanitaires ».  Enfin GL Events, un des poids lourds du secteur, a tenté de rassurer dans un communiqué, prenant acte de l’interdiction tout en relevant que le Premier Ministre avait précisé que les préfets auraient le pouvoir de déroger à cette règle. « Le groupe va adapter les manifestations déjà prévues afin de recevoir 5.000 personnes par jour et par hall ». L’entreprise lyonnaise a rappelé que « les événements professionnels organisés et accueillis ne sont en rien comparables aux rassemblements qui se déroulent ou qui se sont déroulés ces dernières semaines : beach party, rave party sauvages… ». Un message clair à l’égard de Jean Castex.

 

article-blog-justice-securite-letude-marseille-prepa-concours

 

Six Français, dont des humanitaires d’Acted, tués avec leurs guides au Niger

 

Un drame dans une zone sous tension. Six Français, dont plusieurs membres de l’organisation humanitaire Acted, ainsi deux guides nigériens, ont été tués dimanche par des hommes armés au Niger, ont annoncé les autorités locales dans l’après-midi. Depuis Paris, l’Elysée a confirmé l’attaque, mais pas le nombre exact de ressortissants décédés. Perpétré par des hommes venus en motos, l’assaut s’est produit dans la zone de Kouré, au Niger, qui abrite les derniers troupeaux de girafes d’Afrique de l’Ouest, selon une source officielle. L’une des victimes était d’ailleurs le président d’une association spécialisée dans l’observation de ces animaux menacés d’extinction. Parmi les six Français, d’abord décrits comme des touristes, on compte en fait plusieurs humanitaires membres de l’ONG Acted, basée au Niger, a indiqué Joseph Breham, avocat de l’ONG. Le véhicule qui les transportait, et qui a été retrouvé criblé de balles, appartient en effet à l’organisation. « Kouré est à 60 km de Niamey, une heure de route. On va tous a Kouré en sortie le week-end parce que c’est très facile d’accès […] Tout le monde y va, même les ambassadeurs, les diplomates, les professeurs, tout le monde ! Ce n’est pas du tout considéré comme dangereux comme zone. Il y a des ONG de protection des girafes qui travaillent là-bas », a expliqué un humanitaire occidental à Niamey.

 

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat

Théâtre d’un déferlement de violence quotidienne, la France semble au bord de l’implosion. Les indicibles bouffées qui s’emparent du pays s’enchaînent à un rythme devenu vertigineux. Témoins ou victimes de scènes insupportables empoisonnant leur quotidien et allant parfois jusqu’à la barbarie, nos concitoyens, livrés à eux-mêmes, sont au bord de l’asphyxie. Loin de vouloir euphémiser une situation qui vire au tragique, comme l’ont jadis fait certains de ses prédécesseurs à la Place Beauvau, Gérald Darmanin dégaine un discours cash et sans fard.N’hésitant pas à nommer les choses au risque de provoquer la polémique, le nouveau ministre de l’Intérieur, dans un entretien au Figaro , s’est inquiété dès le 24 juillet dernier de « l’ensauvagement d’une partie de la société ». Levée de boucliers et bronca dans la classe politique. Devant la commission des lois de l’Assemblée nationale, le nouveau locataire de Beauvau a enfoncé le clou cinq jours plus tard: «La France est malade de son insécurité. Les évènements récents ont d’ailleurs ravivé un débat sur l’insécurité qui, de jour en jour, enfle. Face à la situation, l’Élysée réfléchirait à tenir proposer toute une série de lois et décrets dès la rentrée 2020, principalement dans le but de rassurer des français qui sont de plus en plus nombreux à constater une véritable faillite de l’État en termes de sécurité.

 

article-blog-economie-sante-letude-marseille-prepa-concours

 

Castex veut étendre le port du masque à l’extérieur

Dans le cadre d’une séquence « lutte contre le Covid-19 et plan fortes chaleurs », le chef du gouvernement a visité le CHU de Montpellier. Objectif : éviter le reconfinement. « Je le dis avec une forme de gravité : si nous ne réagissons pas collectivement, nous nous exposons à un risque élevé de reprise épidémique qui sera difficile à contrôler », a-t-il déclaré, craignant un retour à un système de santé « sous tension ». C’est la raison pour laquelle (…), je vais demander aux préfets de se rapprocher des élus locaux pour étendre le plus possible l’obligation du port du masque dans les espaces publics » a-t-il encore insisté.

Après avoir été accompagné par Gérald Darmanin et Gabriel Attal à Lille, et Julien Denormandie dans les vignes de Centre Loire, Jean Castex avait cette fois embarqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, appliquant à la lettre sa propre consigne aux ministres : « Aller sur le terrain ». En blouses vert d’eau sur costume gris, ils ont échangé à cette occasion avec des soignants d’une unité Covid, puis du service des urgences, masques en évidence portés bien au-dessus du nez. Ce déplacement correspondait au jour d’entrée en vigueur de la règle du port obligatoire du masque en extérieur dans le centre-ville de Montpellier, préfecture de l’Hérault. Un bon moyen d’appuyer les consignes sanitaires et de prévenir une fois de plus le risque d’une seconde vague de l’épidémie. Comme il l’avait déjà fait au début du mois lors de son déplacement à Lille, où le masque a également été rendu obligatoire dans certaines zones extérieures. Alors que le premier ministre déambulait encore dans les couloirs de l’hôpital, Emmanuel Macron s’est d’ailleurs fendu d’un tweet pour marteler le message gouvernemental : « L’épidémie ne prend pas de vacances : la vigilance et le respect des gestes barrières restent indispensables. Restez prudents. »

 

Les ventes de voitures électriques explosent en France

Sans surprise, le bilan du premier semestre n’est pas bon, avec un plongeon des ventes de 38 %, ce qui est logiquement lié aux huit semaines de confinement. Mais tous les indicateurs ne sont pas au rouge. Les ventes de voitures électrifiées ont fortement progressé de janvier à juin par rapport à la même période de 2019. Au point que les modèles hybrides et électriques ont quasiment représenté une immatriculation sur six, du jamais vu. Dans le détail, 80 735 hybrides ont été vendues, un score en hausse de 39,4 % et une part de marché passée de 5 à 11,3 %. Mais c’est le résultat des électriques qui impressionne le plus. Leurs immatriculations ont plus que doublé, atteignant 44 969 exemplaires. Et pour leur part de marché, cela a grimpé de 1,8 à 6,3 % ! La voiture électrique commence-t-elle à s’imposer en France et à quitter son côté marginal dans les ventes ? Assurément, 2020 marque un tournant pour le marché de la voiture branchée. Les ventes sont ainsi portées par le développement de l’offre. Plusieurs nouveautés ont débuté leur carrière commerciale ces derniers mois : DS3 Crossback E-Tense, Honda e, Mini Cooper SE, Opel Corsa-e ou encore Peugeot e-208 et e-2008. D’autres modèles à fort potentiel vont arriver à la rentrée, notamment les Fiat 500 et Volkswagen ID.3. Il ne faut aussi pas oublier le rajeunissement de la Renault Zoé, opéré fin 2019. Et la petite du Losange continue d’écraser le marché, avec 17 650 immatriculations, soit une vente sur quatre ! D’ailleurs, événement inédit : la Zoé termine carrément dans le Top 10 des ventes du premier semestre, 9e, devant la Toyota Yaris. La Zoé devance la Peugeot e-208, dont 9 000 exemplaires ont été livrés.

 

Chômage partiel : la chasse aux fraudeurs est ouverte

L’arnaque est colossale. Le 10 juillet dernier, le parquet de Paris a ouvert une enquête sur une vaste affaire d’escroquerie au chômage partiel. Les fraudeurs usurpaient la raison sociale et le numéro Siret d’entreprises existantes. “1,7 million d’euros auraient déjà été indûment versés […], le versement de plus de 6 millions d’euros a pu être suspendu dès la découverte des infractions“, a indiqué le procureur de la République.

Ce sont les similitudes entre de nombreuses demandes d’autorisation d’activité partielle qui ont mis la puce à l’oreille des agents de l’Etat. Depuis début juin, au sein des Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte), les équipes sont sur le pont pour traquer les malversations. Le champ d’investigation est des plus larges. Selon la Dares, le service statistiques du ministère du Travail, au plus fort de la crise sanitaire en avril, l’Etat a pris en charge tout ou partie du salaire de 8,8 millions de Français. “La contrepartie de la simplicité, c’est qu’évidemment des gens ont fraudé“, a regretté la ministre du Travail, Elisabeth Borne, sur RTL, le 28 juillet. C’est dans ce contexte qu’un vaste plan de chasse aux entreprises frauduleuses s’engage, et qui devrait vraisemblablement se prolonger durant plusieurs mois au vu des premières estimations.

 

article-blog-international-letude-marseille-prepa-concours

 

Liban : double explosion meurtrière à Beyrouth

Après les deux puissantes explosions qui ont secoué Beyrouth mardi 4 août, au moins 158 personnes seraient mortes et plus de 6 000 autres blessées. Le gouverneur de Beyrouth estime à plus de trois milliards de dollars les dommages. Plusieurs quartiers de la capitale libanaise ont été dévastés après l’explosion d’un stock de nitrate d’ammonium, selon le gouvernement. Jusqu’à 300 000 personnes se trouveraient sans domicile. Le chef de la diplomatie libanaise Charbel Wehbé a fait état jeudi de la création d’une commission d’enquête “qui a quatre jours pour donner un rapport détaillé sur les responsabilités”. “Il y aura des décisions judiciaires“, a-t-il dit. En France, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête. Au moins 40 ressortissants français ont été blessés. L’architecte français Jean-Marc Bonfils est lui mort lors des explosions. Une diplomate allemande est également morte lors des explosions.

 

Vent de révolte au Liban après les explosions

Les Libanais ont fait éclater leur colère, samedi 8 août. L’explosion d’un stock illégal de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth a mis le feu au poudre. Une foule massive de beyrouthins s’est réunie au mot d’ordre  “Le Jour du jugement”. Les sept millions d’habitants du pays pâtissent d’un gouvernement, au mieux défaillant, le plus souvent corrompu. En deux ans, la moitié de la population est tombée dans la pauvreté et la monnaie a perdu 80 % de sa valeur. Les manifestants ont exprimé leur rejet de la classe politique. Certains ont brandi des noeuds coulants adressés aux dirigeants actuels. Des heurts ont éclaté vers la place des Martyrs, lieu de rassemblement traditionnel pour les manifestations dans la capitale libanaise. Des gaz lacrymogènes ont été tirés par les forces de l’ordre. Des tirs à balles réelles auraient eu lieu. Les protestataires ont répliqué avec des pierres.

 

Biélorussie : Svetlana Tikhanovskaïa, la principale rivale du président, a fui le pays et s’est réfugiée en Lituanie

Svetlana Tikhanovskaïa, novice en politique, a émergé en quelques semaines comme une rivale inattendue face à Alexandre Loukachenko, 65 ans, au pouvoir depuis vingt-six ans. Elle avait remplacé dans la course à la présidentielle son mari, Sergueï, une vidéoblogueur en vue, après qu’il a été emprisonné en mai. Après le scrutin dimanche, elle avait enjoint le régime de “céder le pouvoir”, contestant les résultats officiels donnant Alexandre Loukachenko vainqueur avec 80,08% des voix et ne lui en accordant que 10%. Elle a néanmoins refusé de participer aux manifestations violemment réprimées dimanche et lundi soir par les forces anti-émeutes, qui deux nuits de suite ont usé de grenades sonores, de balles en caoutchouc et procédé à nombre d’arrestations pour mater les protestations à Minsk.

 

Présidentielle américaine 2020: Joe Biden a choisi Kamala Harris comme colistière

Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, a annoncé mardi avoir choisi la sénatrice noire Kamala Harris, 55 ans, pour défier avec lui Donald Trump dans les urnes le 3 novembre et devenir, en cas de victoire, la première femme vice-présidente des États-Unis. Ce sera Kamala Harris, sénatrice californienne qualifiée de « talentueuse » par Joe Biden est née d’un père jamaïcain et d’une mère indienne. Il l’a annoncé sur Twitter. « J’ai l’immense honneur d’annoncer que j’ai choisi Kamala Harris, combattante dévouée à la défense courageuse des classes populaires et l’une des plus grands serviteurs de l’Etat, comme ma colistière », a-t-il écrit.

 

Vladimir Poutine affirme que la Russie a un vaccin contre le coronavirus

Le président russe, Vladimir Poutine, a affirmé lors d’une conférence de presse, mardi 11 août, que la Russie avait développé le « premier » vaccin contre le nouveau coronavirus. Une autorisation réglementaire de développement a été donnée par le ministère de la santé russe à l’Institut Nikolaï Gamaleïa, un centre de recherche d’Etat en épidémiologie et microbiologie situé à Moscou. La vice-première ministre chargée des questions de santé, Tatiana Golikova, a dit espérer commencer dans les semaines à venir la vaccination des personnels médicaux, puis des enseignants. Le reste de la population devrait être vacciné à partir de sa mise en circulation, le 1er janvier 2021, selon le registre national des médicaments du ministère de la santé, consulté par les agences de presse russes. Le vaccin a été baptisé « Spoutnik V » (V comme vaccin), en référence au satellite soviétique, premier engin spatial mis en orbite, a déclaré le président du fonds souverain russe impliqué dans son développement, Kirill Dmitriev. « Plus d’un milliard de doses » ont été précommandées par 20 pays étrangers, a affirmé M. Dmitriev, précisant que la phase 3 des essais commençait mercredi.

Autres veilles d'actualités

INSCRIS-TOI DÈS MAINTENANT À NOTRE
RÉUNION D'INFORMATION POUR
PRÉPARER ET RÉUSSIR LES CONCOURS SCIENCESPO !

Madi 30 août 2022 à 18h